Actualités

Home »  Actualités

En avant pour une année de Terre vernissée … !

Si vous aimez les motifs géométriques, libres, figuratifs, abstraits, je vous invite à découvrir les techniques de décors sur argile qui ont fait leur preuves depuis des siècles.
Les engobes sont simples à utiliser et peuvent créer en peu de temps des effets à caractère unique.

Qu’est-ce qu’un engobe ?

L’engobe est une argile liquide à laquelle on ajoute un ou des colorants. Il s’applique généralement sur l’argile crue, avant son complet séchage. Néanmoins, il est parfois utilisé sur dégourdi (argile cuite) lorsqu’on lui ajoute un fondant.
Une fois le décor exécuté, l’objet sec est cuit. Il reçoit alors une couverte transparente (vitrification) qui fixe les couleurs et retourne au feu pour une 2ème cuisson.

Pourquoi utiliser les engobes ?

Les engobes autorisent nombre de techniques de décoration. Faciles à manipuler, ils sont sans danger si l’on respecte les règles de base. L’application de 3 fines couches sur l’argile sont suffisantes pour un rendu optimal.
Dilués à l’eau les engobes composent une palette de couleurs miscibles entre elles. Réputés opaques, ils se superposent et masquent les couleurs sous-jacentes .

Quelques techniques de décor.

L’intaille

Elle consiste à découper au cutter , ou creuser à la mirette une pièce engobée pour faire apparaître les couleurs de l’argile du support. C’est donc par creusement et contraste que naît le décor.

L’incrustation

Son principe : creuser un motif dans la ½ épaisseur d’un objet à l’aide de mirettes, puis de remplir ces parties évidées d’un engobe plutôt pâteux. C’est ainsi qu’étaient réalisés au haut Moyen âge les pavés de sol de certains édifices (châteaux et abbayes).

Les frises poinçonnées

Il s’agit d’un décor fait de motifs répétitifs à l’aide de poinçons, outils sommaires taillés dans le bois, le plâtre ou l’argile dégourdie. Les creux sont emplis d’engobes, séchés et poncés.

Le sgraffite

Connu depuis l’Antiquité, cet art tient dans le maniement d’une pointe métallique qui grave un engobe clair posé sur un support plus foncé, ou réciproquement. Le travail s’exécute sur terre à la consistance du cuir.

La poire en latex

permet de poser sur le tesson cru, des points, des virgules, des filets d’engobes liquides colorés. Ce travail est à l’origine des effets marbrés, peignés …

Le pochoir

En papier découpé et recouvert d’engobes au pinceau éventail, ce sont des silhouettes, des motifs en ombre chinoises, des plages colorées qui ne demanderont qu’à être sgraffités.

Les crayons d’engobes

On les utilise tels des crayons de couleur ordinaires, des feutres. Leur particularité : ils s’appliquent sur l’argile dégourdie.

L’effet mosaïque

L’effet « mosaïque » est obtenu à partir d’un dessin transféré au poncif sur une argile engobée. Il faut alors imprimer à l’ébauchoir des sillons qui s’entrecroisent, soulignent les tracés du dessin et imitent les tesselles d’une mosaïque. La surface de l’oeuvre reçoit au final des engobes colorés, avant cuisson de dégourdi.

La peinture aux engobes

Par analogie avec la peinture artistique, intuitive ou raffinée, la peinture aux engobes s’ébauche et se travaille comme la gouache : à l’eau sur terre crue. Après cuisson, l’oeuvre est recouverte d’un émail transparent, incolore.

Avec une touche de créativité, quelques pinceaux et le choix d’une ou plusieurs techniques simultanées d’engobage, des effets spectaculaires, somptueux peuvent être obtenus… à l’infini !

Alain Vienney – Programme 2022 – 2023 à l’Atelier du grand large

Leave your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *